X



J'ai déjà un compte

Bonjour et bienvenue,

Dans un instant, vous ferez partie de la communauté Pharmaradio, le média à destination exclusive des professionnels de la santé.
Inscrivez-vous immédiatement pour bénéficier gratuitement d'un média professionnel, moderne et complet.

Direct, podcasts, newsletter, chroniques, infos, à entendre, lire et réécouter... Toute l'actualité de votre profession à votre disposition immédiate sur votre smartphone, tablette ou ordinateur...
Rejoignez-nous !
PLAYER LIVE
Écouter maintenant
La Matinale du vendredi 06 décembre 🎙💊
Interviews
Carine Favier - Membre du Conseil national du sida et des hepatites vi
ÉCOUTER
Minute Juridique
Vendredi 6 Decembre
ÉCOUTER
Business Review
Vendredi 6 Decembre
ÉCOUTER
Innovation
Nicolas Latour - Nathalia Kosnina
ÉCOUTER
PharmaNews
Vendredi 6 Decembre
ÉCOUTER
Pratique officinale
Jeudi 5 Decembre
ÉCOUTER

Articles

Voir plus d'articles

Émissions

Voir plus d'émissions

Podcasts

Voir plus de podcasts
Substitution des bio similaires en officine : la fronde des associations de patients | Pharmaradio, votre dose d'information au quotidien | La Radio des Professionnels de la Pharmacie
article
Publié le 08/10/2019

Substitution des bio similaires en officine : la fronde des associations de patients

Le 7 septembre, un collectif de 5 associations de patients, soutenu par une dizaine d'autres, a tenu une conférence de presse à Paris. Objectif : se mobiliser contre le droit de substitution des biosimilaires par les pharmaciens d'officine. 

Ce droit apparu dans la loi, même s'il n'a jamais été mis en application jusqu'à présent, est contesté par les associations de patients qui se disent "Inquiètes pour leur sécurité et leur bien-être".

Les associations signataires sont les premières à reconnaître que ces traitements biologiques de nouvelle génération utilisés dans certaines maladies chroniques graves, comme les cancers, sont une réelle opportunité. Toutes se disent même sensibles à l'argument économique et aux économies que ces traitements génèrent.

Mais "le seul avantage économique nouveau serait en fait au bénéfice des pharmaciens d'officine" écrit le collectif. Fermement opposées à la substitution en officine, les associations de patients réclament à ce que l'initiation et la possibilité d'interchangeabilité du médicament biologique reste une prérogative des prescripteurs et intervienne dans le cadre d'une décision partagée entre le patient et son médecin.

Elles affirment que sortir le sujet du biosimilaire en dehors de ce rapport médecin/patient aurait "les mêmes effets délétères" que ceux observés pour la substitution générique avec à la clé une "érosion durable de la confiance des malades".

Selon le collectif, le pharmacien pourrait aussi changer régulièrement de fournisseurs de biosimilaires, avec le risque d'une délivrance d'un biosimilaire différent pour le patient.

Quant à l'argument avancé par les pouvoirs publics d'être un moyen de lutte contre les pénuries de médicaments, il est jugé "très discutable et peu fondé".

Les signataires de la tribune font encore référence à une étude du Comité pour la valorisation de l'acte officinal (CVAO) auprès des pharamciens français quimontrait que seuls 3 % des sondés considéraient la connaissance des biomédicaments comme très bonne.

A l'heure où l'avant projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2020 supprime le droit de substitution des médicaments biologiques et que les syndicats sont vent debout contre cette mesure, cette nouvelle prise de position ne va pas laisser la profession indifférente !

Réagissez à l'émission
Envoyez vos commentaires aux animateurs.
Nous interagissons avec vous, les messages sont reçus en direct dans le studio !

 
Message :

🔴 ON AIR