X



J'ai déjà un compte

Bonjour et bienvenue,

Dans un instant, vous ferez partie de la communauté Pharmaradio, le média à destination exclusive des professionnels de la santé.
Inscrivez-vous immédiatement pour bénéficier gratuitement d'un média professionnel, moderne et complet.

Direct, podcasts, newsletter, chroniques, infos, à entendre, lire et réécouter... Toute l'actualité de votre profession à votre disposition immédiate sur votre smartphone, tablette ou ordinateur...
Rejoignez-nous !
PLAYER LIVE
Écouter maintenant
Opinions
La e-santé, une solution pour les urgences
ÉCOUTER
Interviews
Patrick Maison de l'ANSM
ÉCOUTER
Good Morning Pharmacies
Mercredi 23 Octobre 2019
ÉCOUTER
Revue de Presse
Revue de presse du Mercredi 23 Octobre 2019
ÉCOUTER
PharmaNews
Mercredi 23 Octobre
ÉCOUTER
Business Review
Mercredi 23 Octobre
ÉCOUTER

Articles

Voir plus d'articles

Émissions

Voir plus d'émissions

Podcasts

Voir plus de podcasts
Les maladies cardiovasculaires tuent encore trop ! | Pharmaradio, votre dose d'information au quotidien | La Radio des Professionnels de la Pharmacie
article
Publié le 29/09/2019

Les maladies cardiovasculaires tuent encore trop !

La journée mondiale du coeur ce dimanche 29 septembre est l'occasion de sensibiliser les Français aux maladies cardiovasculaires en France...et il y a urgence. La Fédération française de cardiologie (FFC) rappelle qu'elles sont la seconde cause de mortalité après le cancer, particulièrement chez les femmes et les plus de 65 ans, à l'origine de 400 décès par jour, soit 147 000 par an en France.

Parmi les plus fréquentes, figurent la maladie coronaire, les troubles du rythme cardiaque et les accidents vasculaires cérébraux. L'hypertension artérielle est quant à elle la principale cause de complication cardiovasculaire

Les pharmaciens, comme tous les professionnels de santé, sont particulièrement encouragés à mieux faire connaître les facteurs de risques des maladies cardiovasculaires : alimentation inadaptée, tabagisme, sédentarité, alcoolisme, surpoids...au grand public. Dépister l'hypertension artérielle, le diabète ou une dylipidémie est également une priorité de santé publique et un rôle majeur pour tous les officinaux.

Selon le Professeur Mounier-Véhier, cardiologue à l'institut Coeur et POumon du CHRU de Lille et ancienne présidente de la FFC, près de 50 % des décès liés aux maladies cardiovasculaires et 80 % des infarctus pourraient être évités. Notamment par la prévention primaire, mais également grâce à l'acquisition des gestes de premier secours.

Dans un BEH de mars 2016, Santé publique France alertait sur l'augmentation du taux d'hospitalisation pour infarctus du myocarde chez les femmes de + 5 % par an chez les femmes de 45 à 64 ans. "Les professionnels de santé ne s'alarment pas assez par méconnaissance ou par croyance" écrit le Professeur Mounier-Véhier dans l'Observatoire du coeur des Français, publié en mars 2018. "Tous ces préjugés complexes conduisent à des prises en charge insuffisantes, retardées, voire non réalisées". La cardiologue souhaiterait par ailleurs pouvoir mettre en place une consultation organisée de dépistage cardiovasculaire à partir de 50 ans. 

La prise de conscience doit être transgénérationnelle car la prévention est efficace à tous les âges de la vie, y-compris après un premier accident. 

La semaine du coeur, clôturée par la journée mondiale du coeur, rappelle que les maladies cardiovasculaires sont la prochaine épidémie mondiale, selon l'OMS. C'est toute la profession qui doit se sentir concernée pour renforcer les dépistages et remettre les patients dans le parcours de soins.     

 

Réagissez à l'émission
Envoyez vos commentaires aux animateurs.
Nous interagissons avec vous, les messages sont reçus en direct dans le studio !

 
Message :

🔴 ON AIR