X



J'ai déjà un compte

Bonjour et bienvenue,

Dans un instant, vous ferez partie de la communauté Pharmaradio, le média à destination exclusive des professionnels de la santé.
Inscrivez-vous immédiatement pour bénéficier gratuitement d'un média professionnel, moderne et complet.

Direct, podcasts, newsletter, chroniques, infos, à entendre, lire et réécouter... Toute l'actualité de votre profession à votre disposition immédiate sur votre smartphone, tablette ou ordinateur...
Rejoignez-nous !
PLAYER LIVE
Écouter maintenant
La Matinale du vendredi 22 octobre 🎙💊
Flash Info Pharma
Le point sur l'actualité de la profession du Samedi 23 Octobre 2021
ÉCOUTER
Quoi de neuf ?
Quoi de neuf de Victoria Cohen
ÉCOUTER

Articles

Voir plus d'articles

Émissions

Voir plus d'émissions

Podcasts

Voir plus de podcasts
La modération sans limite de la Haute Autorité de Santé | Pharmaradio, votre dose d'information au quotidien | La Radio des Professionnels de la Pharmacie
article
Publié le 15/06/2021

La modération sans limite de la Haute Autorité de Santé

La nomination de Pierre-Alain Jachiet en tant que responsable de la stratégie data a suscité une véritable indignation dans l’industrie pharmaceutique et cela pour deux raisons.

 

D’une part, Monsieur Jachiet a co-fondé une association avec un autre spécialiste des data -  Jean Luc Martinon. Cette association s’appelle Eurofordocs et s’attaque aux liens financiers entre les laboratoires pharmaceutiques et les professionnels de santé. 

 

Cette association explique, bien entendu, qu’elle fait cela au nom de la transparence, mais  les propos et les intentions de ces fondateurs sont bien loin de cette mission évangélisatrice. 

 

Ainsi explique  Jean Luc Martinon dans un  entretien sur RFI  https://www.rfi.fr/fr/europe/20210602-et-si-les-liens-d-argent-entre-industrie-pharmaceutique-et-m%C3%A9decins-%C3%A9taient-transparents

en travaillant avec les médecins l’objectif des entreprises pharmaceutiques est en quelque sorte « d’acheter la loyauté des médecins ». 

 

Et dans le magazine What’s up Doc de ce mois de juin https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/euros-docs-les-liens-des-industries-pharmaceutiques-et-des-professionnels-de-sante-sur-la

Monsieur Jachiet  souligne que la transparence instaurée par la  loi est en réalité une transparence opaque. Merci pour les auteurs de cette loi avec lesquels il doit aujourd’hui passer une grande partie de son temps…!

 

Quant aux contrats entre les médecins et l’industrie, il les qualifie de "collaborations parfois loufoques". Là encore, les médecins apprécieront, l’industrie encore plus et l’Ordre des médecins qui encadre ces contrats va également être ravi de participer à cette loufoquerie. 

 

Au-delà de ces propos « tout à fait mesurés », le plus grave est sans doute l’accusation portée par cette association selon laquelle derrière les crises sanitaires se cache la main des industriels du médicament.

 

Derrière ces crises sanitaires, peut-on en effet lire sur la page d’accueil du site  Eurofordocs / https://www.eurosfordocs.fr/ et je cite là encore ce qui est écrit / «  se cachent souvent des conflits d’intérêts majeurs. Les études scientifiques et les prescriptions médicales manquent d’indépendance influencée par une industrie discrètement omniprésente ». Le complot encore et toujours…..

 

 

Bien entendu, Monsieur Jachiet a parfaitement le droit de penser cela et son association a tout à fait la liberté de dire et d’agir comme elle l’entend. Mais l’HAS n’est pas une Organisation Non Gouvernementale.

 

Ce n’est pas dans une association de "geek informatiques" investis d’une mission de salubrité publique pour sauver le monde.   

 

Le règlement intérieur de l’HAS précise notamment dans son article 3  que les membres du Collège et tous  ceux qui y apportent leur concours doivent faire preuve de modération dans leurs propos. Ils doivent aussi s’abstenir de toute prise de position publique susceptible de porter préjudice à l’HAS. 

 

Quand monsieur Jachiet s’exprime dans What’s up Doc, cela fait dix mois qu’il travaille à l’HAS. Il a donc eu tout le loisir de lire ce règlement.   

 

Faut-il en conclure que la Haute Autorité de Santé, au mieux considère que ces propos sont très modérés, et, au pire, qu’elle les partage ? A chacun de juger. 

 

D’autre part, on peut aussi s’étonner de constater que M. Jachiet, avant de  rejoindre le ministère de la Santé en 2019, et l’HAS en septembre 2020, travaillait dans une société de conseil, filiale d’un grand cabinet privé, dont l’une des activités principales est l’analyse de données pour les industriels.

Il a quitté cette entreprise pendant quelques mois pour mener en free lance une mission pour DOCTOLIB où il a expérimenté un logiciel d’acquisition clients. Mais tout cela, explique l’HAS que j’ai bien entendu contacté, c’est du passé. 

Le déontologue de la Haute Autorité a en effet estimé que cette prestation rémunérée était ponctuelle - plus de 4 mois tout de même - et qu’elle remontait à  plus de 18 mois. Elle n’était donc pas, pour l’HAS, de nature à faire peser sur M. Jachiet « un soupçon d’absence d’indépendance et d’impartialité à l’égard de Doctolib ». Dont acte. 

Alors je me pose la question : qu’aurait on dit si un conseiller de l’industrie pharmaceutique avait été nommé, non pas en tant qu’expert, car cela arrive, mais à un poste de direction de l’HAS après avoir mené une mission de conseil ponctuel pour un grand labo… et travaillé plusieurs années dans des agences conseils pour la même industrie ?

A chacun de voir !

Jean-Yves Mairé

 

Réagissez à l'émission
Envoyez vos commentaires à la rédaction.
Nous interagissons avec vous, les messages sont reçus en direct dans le studio !

 
Message :

🔴 ON AIR