X



J'ai déjà un compte

Bonjour et bienvenue,

Dans un instant, vous ferez partie de la communauté Pharmaradio, le média à destination exclusive des professionnels de la santé.
Inscrivez-vous immédiatement pour bénéficier gratuitement d'un média professionnel, moderne et complet.

Direct, podcasts, newsletter, chroniques, infos, à entendre, lire et réécouter... Toute l'actualité de votre profession à votre disposition immédiate sur votre smartphone, tablette ou ordinateur...
Rejoignez-nous !
PLAYER LIVE
Écouter maintenant
La Matinale du lundi 21 novembre 🎙💊
PharmaNews
Mercredi 20 Novembre
ÉCOUTER
Business Review
Mercredi 20 Novembre
ÉCOUTER
Innovation
Nicolas Latour - Rachat de Fitbit
ÉCOUTER
Pharmacie Hospitalière
Pharmacie hospitaliere - La mobilisation des hospitaliers
ÉCOUTER
Interviews
Serge Alezier, fondateur du Pharma Logistics Club - Le colloque TIPS
ÉCOUTER
Focus
Perrine Calmes - Fin de vie
ÉCOUTER

Articles

Voir plus d'articles

Émissions

Voir plus d'émissions

Podcasts

Voir plus de podcasts
Haro sur les intoxications aux champignons ! | Pharmaradio, votre dose d'information au quotidien | La Radio des Professionnels de la Pharmacie
article
Publié le 25/10/2019

Haro sur les intoxications aux champignons !

Chaque automne, la conjonction d’un temps frais et humide favorise la pousse de champignons pour le plus grand bonheur des promeneurs !

 

Mais la vigilance est de mise…une fois encore. Cette année, la saison de la cueillette est plus précoce et plus abondante, mais aussi plus alarmante selon l’Agence nationale de la sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). L’instance recense près de 493 cas d’intoxications liées à la consommation de champignons impropres ces dernières semaines. Les centres antipoison ont également noté de 4 à 90 cas par semaine entre juillet et début octobre.

 

Ces intoxications peuvent résulter de plusieurs facteurs : confusion d’une espèce comestible avec une espèce toxique, comme cela a pu être le cas entre le rosé des pré et l’agaric jaunissant ou d’autres confusions avec des entolomes livides, rapportent les experts des centres antipoison. 

 

Les symptômes de type nausées, vomissements, crampes abdominales et forte diarrhée surviennent généralement dans les 8 à 10 heures suivant l’ingestion lorsque la toxine attaque l’appareil digestif. Une déshydratation sévère peut s’ensuivre avec une nécessaire prise en charge aux urgences. Les amanites tue-mouche peuvent eux cibler le cerveau, entrainant des hallucinations. D’autres champignons peuvent donner des séquelles neurologiques, s’attaquer aux reins ou au foie, provoquant des insuffisances hépatiques graves, voire, le décès.

 

L’ANSES rappelle aux cueilleurs de prendre une photo des champignons ramassés, de les cueillir avec leur pied et de ne pas les mélanger, de se laver soigneusement les mains après la récolte et de les conserver au réfrigérateur dans un récipient à part. I est également recommandé en cas de doute, de demander l’avis du pharmacien ou de se rapprocher d’une société savante mycologique.  

 

Pour les officinaux qui auraient oublié les bases d’un (maigre) enseignement dédié à la mycologie lors de leur formation initiale en faculté de pharmacie, il est toujours possible de prendre les devants. Un DU de mycologie environnementale et pratique à l’officine est par exemple enseigné à l’Université Claude Bernard de Lyon 1. Plusieurs MOOC dédiés à la mycologie et aux champignons peuvent également être suivis en ligne.  

  

Réagissez à l'émission
Envoyez vos commentaires aux animateurs.
Nous interagissons avec vous, les messages sont reçus en direct dans le studio !

 
Message :

🔴 ON AIR