X



J'ai déjà un compte

Bonjour et bienvenue,

Dans un instant, vous ferez partie de la communauté Pharmaradio, le média à destination exclusive des professionnels de la santé.
Inscrivez-vous immédiatement pour bénéficier gratuitement d'un média professionnel, moderne et complet.

Direct, podcasts, newsletter, chroniques, infos, à entendre, lire et réécouter... Toute l'actualité de votre profession à votre disposition immédiate sur votre smartphone, tablette ou ordinateur...
Rejoignez-nous !
PLAYER LIVE
Écouter maintenant
La Matinale du lundi 23 novembre 🎙💊
PharmaNews
Les Pharmanews de Raphaëlle Bartet
ÉCOUTER
Business Review
Business Review de Jean-Yves Mairé
ÉCOUTER
Mieux-Etre
Mieux-Etre de Sonya Mellah
ÉCOUTER
Innovation
Innovation de Nicolas Latour
ÉCOUTER
Flash Info Pharma
Le point sur l'actualité de la profession du Lundi 23 Novembre 2020
ÉCOUTER
Interviews
Invité : Pr. François Bricaire, infectiologue et membre de l’Académie nationale de médecine
ÉCOUTER

Articles

Voir plus d'articles

Émissions

Voir plus d'émissions

Podcasts

Voir plus de podcasts
Dénutrition, l'autre conséquence du coronavirus | Pharmaradio, votre dose d'information au quotidien | La Radio des Professionnels de la Pharmacie
article
Publié le 16/11/2020

Dénutrition, l'autre conséquence du coronavirus

À l'occasion de la première semaine nationale de la dénutrition du 12 au 19 novembre 2020, la Fondation Jean-Jaurès publie les résultats d'une enquête Ifop, menée en partenariat avec le Collectif de lutte contre la dénutrition, sur la perception et la connaissance des Français des enjeux de la dénutrition.

 

Nous sommes en plein coeur de l'événement puisque la première semaine nationale de la dénutrition se tient du 12 au 19 novembre 2020. L'initiative a été mise en place par le Programme National Nutrition Santé (PNNS 2019-2023). C'est aussi et surtout l'opportunité de sensibiliser sur cet état pathologique encore trop méconnu, surtout dans nos sociétés européennes peu confrontées à ce type de maladie.

À cette occasion, la fondation Jean-Jaurés publie une enquête Ifop, en partenariat avec le Collectif de lutte contre la dénutrition, sur la perception et la connaissance des Français vis-à-vis de la dénutrition. Cette enquête met également en avant l'impact du coronavirus sur le phénomène de dénutrition.

 

La dénutrition reste méconnue

Le constat principal de cette enquête est le suivant : la dénutrition n'est pas bien connue des Français, voire même inconnue pour certains. Selon cette enquête Ifop, 77% des Français ont déjà entendu parler de la dénutrition mais seuls 46% voient précisément de quoi il s'agit.

Plus évocateur encore, seules 18% des personnes interrogées indiquent que la dénutrition est une maladie. Pour rappel, la pathologie est définie par la Haute autorité de santé (HAS) comme " l'état d'un organisme en déséquilibre nutritionnel, caractérisé par un bilan énergétique et/ou protéique négatif. " La dénutrition se mesure par rapport à nos besoin quotidiens et se matérialise par la perte de poids, de muscle ou de force.

Cette méconnaissance de la dénutrition peut s'expliquer par le fait que les Français se pensent immunisés face à cette problématique. Seulement 58% des sondés pensent que la dénutrition peut être présente dans des pays aux denrées alimentaires abondantes. C'est pour cette raison que le Collectif de lutte contre la dénutrition informe depuis sa création en 216.
 

Covid-19, l'autre conséquence

Que ce soit par le confinement ou la maladie en elle-même, le coronavirus a un impact sur la nutrition des Français. Selon l'enquête Ifop, lors du premier confinement, 9% des sondés avaient perdus entre 3 à 5 kg et 7% plus de 5 kg. Ces chiffres n'attestent pas d'une dénutrition avérée, mais une perte de poids brutale (à partir de 3 kg) est un risque de dénutrition et doit être surveillée. Pour les personnes infectées directement par le coronavirus, le passage en réanimation s'accompagne très souvent d'une perte de poids importante qui peut-être difficile à récupérer.

 

Dans ce type de pathologie, la mise en place de processus d'information, de prévention et de dépistage reste la meilleure façon de lutter contre la dénutrition.

Le pharmacien a un rôle de détection important à jouer, mais aussi de conseil et d'orientation. 

 

Les résultats complets de l'enquête sont disponibles ici.

 

(Source : Fondation Jean-Jaurès / Sondage Ifop)
 
Lilian Bordron
Réagissez à l'émission
Envoyez vos commentaires à la rédaction.
Nous interagissons avec vous, les messages sont reçus en direct dans le studio !

 
Message :

🔴 ON AIR