X



J'ai déjà un compte

Bonjour et bienvenue,

Dans un instant, vous ferez partie de la communauté Pharmaradio, le média à destination exclusive des professionnels de la santé.
Inscrivez-vous immédiatement pour bénéficier gratuitement d'un média professionnel, moderne et complet.

Direct, podcasts, newsletter, chroniques, infos, à entendre, lire et réécouter... Toute l'actualité de votre profession à votre disposition immédiate sur votre smartphone, tablette ou ordinateur...
Rejoignez-nous !
PLAYER LIVE
Écouter maintenant
La Matinale du vendredi 10 juillet 🎙💊
Flash Info Pharma
EDITION SPECIALE SAMEDI 11 JUILLET 2020 18h
ÉCOUTER
PharmaNews
La FSPF revient sur la sérialisation et Lafayette fait le bilan de son premier semestre 2020
ÉCOUTER
Business Review
L’aducanab sort de l’oubli
ÉCOUTER
Minute Juridique
Reprise de la délivrance normale du paracétamol en officine
ÉCOUTER
Innovation
Personnalité de la semaine : Anaïs Person
ÉCOUTER
Interviews
Un nouveau président pour l'ANEPF !
ÉCOUTER

Articles

Voir plus d'articles

Émissions

Voir plus d'émissions

Podcasts

Voir plus de podcasts
Déconfinez vous, mais pas trop vite, alerte l’Académie de médecine | Pharmaradio, votre dose d'information au quotidien | La Radio des Professionnels de la Pharmacie
article
Publié le 30/06/2020

Déconfinez vous, mais pas trop vite, alerte l’Académie de médecine

Dans un communiqué les académiciens de félicitent de la baisse des principaux indicateurs épidémiologiques, mais s’inquiètent dans le même temps de la baisse de vigilance des Fançais. Pour éviter une reprise de l’épidémie, l’Académie nationale de médecine dresse trois recommandations.

Depuis le 11 mai et la levée du confinement, « les principaux indicateurs épidémiologiques de l'épidémie de Covid-19 sont en baisse sur l’ensemble du territoire » note l’Académie nationale de médecine. Dans le même temps la veille épidémiologique a permis la détection et l’isolement de 272 clusters entre le 9 mai et le 24 juin. Un système de surveillance efficace, puisque, selon les académiciens « la plupart ont été circonscrits grâce à l'action conjuguée des ARS et des cellules régionales de Santé publique France ».

 

Accélération de la pandémie

Ces chiffres, s’ils témoignent d’une dynamique de diminution de l’épidémie, coïncident avec la multiplication des comportements à risque. Depuis le 11 mai, l’observance des mesures barrières (distanciation physique, lavage des mains, port du masque) «  n'a cessé de diminuer » pointe l’Académie en se basant sur les données de l’enquête CoviPrev menée par Santé Publique France.


Dans le même temps, à l’étranger, la pandémie est en « phase d’accélération » selon l’OMS, avec « un million de cas déclarés dans les huit derniers jours ». La situation est toujours aussi préoccupante aux Etats-Unis, et en Amérique latine où on compte désormais plus de 100 000 décès, dont au moins la moitié au Brésil. En Europe, si la situation générale s’améliore, les académiciens rappellent les situation de l’Allemagne qui « doit reconfiner plus de 600 000 personnes » et du Portugal qui « rétablit le confinement dans une partie de la ville de Lisbonne ».

Cette situation préoccupante combinée au relâchement d’une partie de la population fait craindre à l’Académie nationale de médecine « un passage en scénario 2 » qui signifierait une reprise locale de l’épidémie par le biais de « clusters critiques »

 

Des recommandations

Face à cette situation et « afin d'éviter la perspective d'un reconfinement » l’Académie nationale de médecine fait état de trois recommandations. Premièrement, « renforcer la surveillance épidémiologique sur l'ensemble du territoire », une mesure qui passerait notamment par « la mise en œuvre d'un programme de contrôle des eaux usées ».

Ensuite les académiciens, préconisent « d'intensifier les dépistages dans les collectivités à risque » que constituent les établissements de santés, les abattoirs, les centres d’hébergements d’urgence…

Enfin, l’Académie suggère de « faire appel au sens des responsabilités plutôt qu'à des mesures obligatoires » particulièrement auprès des plus jeunes par le biais « d’une campagne de communication ».

 

Valentin Flamant

 

Réagissez à l'émission
Envoyez vos commentaires à la rédaction.
Nous interagissons avec vous, les messages sont reçus en direct dans le studio !

 
Message :

🔴 ON AIR