X



J'ai déjà un compte

Bonjour et bienvenue,

Dans un instant, vous ferez partie de la communauté Pharmaradio, le média à destination exclusive des professionnels de la santé.
Inscrivez-vous immédiatement pour bénéficier gratuitement d'un média professionnel, moderne et complet.

Direct, podcasts, newsletter, chroniques, infos, à entendre, lire et réécouter... Toute l'actualité de votre profession à votre disposition immédiate sur votre smartphone, tablette ou ordinateur...
Rejoignez-nous !
PLAYER LIVE
Écouter maintenant
Opinions
La e-santé, une solution pour les urgences
ÉCOUTER
Interviews
Patrick Maison de l'ANSM
ÉCOUTER
Good Morning Pharmacies
Mercredi 23 Octobre 2019
ÉCOUTER
Revue de Presse
Revue de presse du Mercredi 23 Octobre 2019
ÉCOUTER
PharmaNews
Mercredi 23 Octobre
ÉCOUTER
Business Review
Mercredi 23 Octobre
ÉCOUTER

Articles

Voir plus d'articles

Émissions

Voir plus d'émissions

Podcasts

Voir plus de podcasts
Ce que la santé doit à Jacques Chirac | Pharmaradio, votre dose d'information au quotidien | La Radio des Professionnels de la Pharmacie
article
Publié le 30/09/2019

Ce que la santé doit à Jacques Chirac

Alors que des hommages nationaux sont rendus aujourd'hui à l'ancien Président de la République, Jacques Chirac, de nombreuses personnalités du monde de la santé reviennent sur son bilan en matière de lutte contre le cancer, le VIH et son rôle en matière de légalisation contre l'IVG.

Il faut en effet d'abord rappeler que lorsqu'il était premier ministre, Jacques Chirac a porté le projet de loi sur l'IVG aux côtés de Simone Veil, ministre de la Santé. 

 

Institution du premier Plan Cancer

 

La Ligue contre le cancer a également salué "le dévouement" de l'ancien Président de la république, à l'origine du premier Plan Cancer 2003-2007. Ce gros chantier qui "allait préfigurer un changement radical de prise en compte des personnes malades et une révolution sociétale", à travers les mots d'Henri Pujol, Président d'honneur de la Ligue contre le cancer. 

 

Jacques Chirac est aussi celui qui a institué l'Institut national du cancer et fait voter la Loi Evin ou l'interdiction de fumer dans les lieux publics. 

 

Le Plan cencer a pourtant été critiqué en son temps par la Cour des comptes et le Haut Conseil de la santé publique, déplorant que seulement un tiers de ces 70 mesures n'aient été appliquées.

 

Le Professeur Axel Kahn, actuel Président de la Ligue contre le cancer, a néanmoins souligné que Jacques Chirac avait "radicalement érigé la lutte contre le cancer en grande cause nationale" et "oeuvré pour les personnes malades".

 

Réforme de l'Assurance maladie

 

Parmi les missions de santé publique de ses quinquennats, Jacques Chirac s'est attaqué à l'insécurité routière et fait reculer le nombre de tués de 43 % entre 2001 et 2006 en multipliant les radars.

Avec la mise en oeuvre de la Loi Handicap du 11 février 2005, il sera à l'origine de la création d'une nouvelle prestation de compensation et d'une meilleure accessibilité des lieux publics aux personnes en situation de handicap.

 

Il faut également retenir de son bilan santé la réforme de l'Assurance maladie qui institue le médecin traitant, instaure une contribution forfaitaire de 1 euro sur les actes médicaux et créé la Haute autorité de santé (HAS).  

 

Lutte contre le VIH

 

Parmi ses mesures phares, on retient encore son engagement dans la lutte contre le Sida. En 2006, le Président Chirac instaure une taxe sur les billets d'avion permettant de financer l'association Unitaid qui facilite l'accès aux traitements contre le VIH dans les pays en voie de développement.

 

Françoise Barré-Sinoussi, co-découvreuse du virus du Sida et présidente de Sidaction salue pour sa part "les combats de Jacques Chirac contre le Sida" qui "ont marqué l'histoire de notre lutte tant au niveau national qu'international". 

 

En 1997, il avait annoncé la création d'un Fonds de solidarité thérapeutique international (FSTI) qui devait servir de tremplin pour la création, en 2002, du Fonds mondial des Nations unies de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme.

 

Dans le concert de louanges de ces derniers jours, on pourra finalement souligner les mots de Christian Delporte, spécialiste de l'histoire politique et culturelle de la France qui dit : "On ne retient pas le bilan, on retient l'homme". 

 

 

Réagissez à l'émission
Envoyez vos commentaires aux animateurs.
Nous interagissons avec vous, les messages sont reçus en direct dans le studio !

 
Message :

🔴 ON AIR