X



J'ai déjà un compte

Bonjour et bienvenue,

Dans un instant, vous ferez partie de la communauté Pharmaradio, le média à destination exclusive des professionnels de la santé.
Inscrivez-vous immédiatement pour bénéficier gratuitement d'un média professionnel, moderne et complet.

Direct, podcasts, newsletter, chroniques, infos, à entendre, lire et réécouter... Toute l'actualité de votre profession à votre disposition immédiate sur votre smartphone, tablette ou ordinateur...
Rejoignez-nous !
PLAYER LIVE
Écouter maintenant
La Matinale du lundi 21 novembre 🎙💊
PharmaNews
Mercredi 20 Novembre
ÉCOUTER
Business Review
Mercredi 20 Novembre
ÉCOUTER
Innovation
Nicolas Latour - Rachat de Fitbit
ÉCOUTER
Pharmacie Hospitalière
Pharmacie hospitaliere - La mobilisation des hospitaliers
ÉCOUTER
Interviews
Serge Alezier, fondateur du Pharma Logistics Club - Le colloque TIPS
ÉCOUTER
Focus
Perrine Calmes - Fin de vie
ÉCOUTER

Articles

Voir plus d'articles

Émissions

Voir plus d'émissions

Podcasts

Voir plus de podcasts
83 % des patients qui s'autodiagnostiquent se trompent... | Pharmaradio, votre dose d'information au quotidien | La Radio des Professionnels de la Pharmacie
article
Publié le 17/10/2019

83 % des patients qui s'autodiagnostiquent se trompent...

Les chiffres publiés par cette enquête de la start up indépendante 360 Medics ont de quoi étonner. Ils montrent en effet que sur 300 professionnels de santé interrogés, 83 % ont reçu en consultation des patients qui s'étaient auto-diagnostiqués avant de venir. Et dans 85 % des cas, la prédiction était mauvaise.

A l'heure de patients surinformés grâce aux sites internet médicaux grand public et forums de discussion santé, se renseigner sur un symptôme ou une maladie est devenu un réflexe simple et rapide. Mais ces sites sont loin d'être fiables et ils peuvent également être sources d'anxiété majeure, laissant penser à des pathologies graves. 

Interviewé par Le Parisien, le fondateur de 360 Medics explique que ces nouveaux comportements ont modifié la relation soignant / soigné. "Il faut expliquer aux patients que leur diagnostic est inexact, ce qui n'est pas idéal pour tisser, d'emblée, une relation de confiance. Parfois, ils sont déçus de ressortir sans le médicament qu'ils voulaient. Mais à l'inverse, si un malade nous dit, je crains d'avoir cette pathologie, qu'il s'est renseigné, cela enrichit la discussion". Ces résultats montrent également un intérêt accru pour la santé. 

En 2014, un sondage de la fondation MACSF mené en collaboration avec l'Institut Harris Interactive montrait que 94 % des Français interrogés se montraient satisfaits de la relation entretenue avec leur soignant. Internet leur permettait, dans la grande majorité des cas, d'oser poser des questions difficiles qu'ils n'auraient pas sinon abordées. Ils étaient à l'époque 75 % à avoir le réflexe de l'autodiagnostic, 50 % des sondés arrivant au cabinet médical avec des idées préconçues sur la gravité de leurs symptômes.

 

 

  

 

Réagissez à l'émission
Envoyez vos commentaires aux animateurs.
Nous interagissons avec vous, les messages sont reçus en direct dans le studio !

 
Message :

🔴 ON AIR