X



J'ai déjà un compte

Bonjour et bienvenue,

Dans un instant, vous ferez partie de la communauté Pharmaradio, le média à destination exclusive des professionnels de la santé.
Inscrivez-vous immédiatement pour bénéficier gratuitement d'un média professionnel, moderne et complet.

Direct, podcasts, newsletter, chroniques, infos, à entendre, lire et réécouter... Toute l'actualité de votre profession à votre disposition immédiate sur votre smartphone, tablette ou ordinateur...
Rejoignez-nous !
PLAYER LIVE
Écouter maintenant
La Matinale du vendredi 10 juillet 🎙💊
Flash Info Pharma
EDITION SPECIALE SAMEDI 11 JUILLET 2020 18h
ÉCOUTER
PharmaNews
La FSPF revient sur la sérialisation et Lafayette fait le bilan de son premier semestre 2020
ÉCOUTER
Business Review
L’aducanab sort de l’oubli
ÉCOUTER
Minute Juridique
Reprise de la délivrance normale du paracétamol en officine
ÉCOUTER
Innovation
Personnalité de la semaine : Anaïs Person
ÉCOUTER
Interviews
Un nouveau président pour l'ANEPF !
ÉCOUTER

Articles

Voir plus d'articles

Émissions

Voir plus d'émissions

Podcasts

Voir plus de podcasts
Sondage : Un tiers des français croit à un complot sur la nocivité des vaccins | Pharmaradio, votre dose d'information au quotidien | La Radio des Professionnels de la Pharmacie
article
Publié le 27/05/2020

Sondage : Un tiers des français croit à un complot sur la nocivité des vaccins

Une étude de l’Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès et Conspiracy Watch réalisée en mars et publiée cette semaine démontre l’implantation des théories complotantes dans l’opinion publique.

Alors que chercheurs et scientifiques travaillent à la mise au point d’un vaccin contre le Covid-19, qui ne sera vraisemblablement pas disponible avant plusieurs mois, un Français sur 3 pense que « le ministère de la Santé et les laboratoires pharmaceutiques sont de mèche pour cacher la nocivité des vaccins »

C’est le résultat d’un sondage réalisé par l’Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès et Conspiracy Watch . 1007 personnes ont été interrogées à la mi-mars.

Toutefois, ce chiffre, est en recul par rapport à la précédente étude de Conspiracy Watch. En 2018, 43% des français adhéraient à cette théorie. La part de la population ayant déjà entendu parler de ce « complot » diminue elle aussi de manière significative : de 66 % en 2017 à 52 %.

 

Qui croit aux théories complotistes ?


L’enquête s’intéresse également au profil de ceux qui adhèrent à cette affirmation. Ainsi, on apprend que les moins de 35 ans sont les plus réceptifs (40%). Parmi les formations politiques, ce sont les sympathisants du Rassemblement National (54%) et d’EELV (43%) qui sont les plus nombreux à croire que « le ministère de la Santé et les laboratoires pharmaceutiques sont de mèche pour cacher la nocivité des vaccins »

 

Adjuvants et maladies redoutés

D’autres affirmations ont également été présentées au panel.

50% des personnes interrogées valident qu’ « il est prouvé que certains adjuvants contenus dans les vaccins, comme l’aluminium, peuvent être très dangereux », alors que seulement 26% se déclarent « pas d’accord »

Parmi les sondés, 25% affirment également qu’ « il existe un lien entre certaines maladies comme l’autisme ou la sclérose en plaque et la vaccination ».

 

Comment expliquer ces chiffres ?

Sur le site de la Fondation Jean-Jaurès , Chloé Morin, experte associée à la Fondation Jean-Jaurès apporte des éléments de réponse : « à l’heure du coronavirus et du confinement, tous les ingrédients sont réunis pour accélérer la propagation de rumeurs toujours plus folles et en accroître la crédibilité auprès d’un public inquiet, peinant à donner sens à des événements que nous aurions, jusqu’à il y a peu, jugés proprement impensables et impossibles »

Parmi ces ingrédients, Chloé Morin cite « la multiplication » de la parole scientifique «souvent contradictoire », mais aussi la défiance vis à vis des pouvoirs publics. Cette perte de confiance est illustrée par ce sondage de l’Ifop qui, en avril dernier, montrait que 75 % des Français jugeaient que « le gouvernement avait caché certaines informations sur le coronavirus ».

Enfin, selon Chloé Morin, «l’angoisse », « la détresse psychologique » et « la colère » que peut provoquer le confinement pourrait expliquer partiellement l’adhérence de la population à certaines théories complotistes.

 

« Redonner de la confiance »

Toujours sur le site de la Fondation Jean-Jaurès , Thierry Beaudet, président de la Mutualité française, exhorte les acteurs à « faire la transparence ». « Transparence sur les bénéfices et les morts évitées. Transparence de la part des chercheurs, des laboratoires pharmaceutiques, sur leur organisation, leur localisation géographique, leur indépendance ou leurs financements, sur les méthodes de recherches, sur les tests et sur les effets indésirables » précise-t-il.

Thierry Beaudet, réclame également « une politique de prévention résolue » de la part des professionnels et établissements de santé mais également des acteurs privés et des pouvoirs publics.

Au sortir de cette crise sanitaire, la confiance envers l’industrie pharmaceutique se trouvera-t-elle renforcée ? Rien n’est moins sûr…

 

Valentin Flamant

Réagissez à l'émission
Envoyez vos commentaires à la rédaction.
Nous interagissons avec vous, les messages sont reçus en direct dans le studio !

 
Message :

🔴 ON AIR