X



J'ai déjà un compte

Bonjour et bienvenue,

Dans un instant, vous ferez partie de la communauté Pharmaradio, le média à destination exclusive des professionnels de la santé.
Inscrivez-vous immédiatement pour bénéficier gratuitement d'un média professionnel, moderne et complet.

Direct, podcasts, newsletter, chroniques, infos, à entendre, lire et réécouter... Toute l'actualité de votre profession à votre disposition immédiate sur votre smartphone, tablette ou ordinateur...
Rejoignez-nous !
PLAYER LIVE
Écouter maintenant
La Matinale du vendredi 03 avril 🎙💊
Flash Info Pharma
Le point sur l'actualité de la profession du Samedi 4 Avril 2020
ÉCOUTER
Minute Gestion By Smart RX
La Minute Gestion : Comment sécuriser la facturation au comptoir ?
ÉCOUTER
Interviews
Gregory Tempremant - Président de l'URPS Pharmaciens (Hauts-de-France)
ÉCOUTER
Focus
Michael Chekroun - Fondateur de Carenity
ÉCOUTER
PharmaNews
Vendredi 3 Avril
ÉCOUTER
Business Review
Vendredi 3 Avril
ÉCOUTER

Articles

Voir plus d'articles

Émissions

Voir plus d'émissions

Podcasts

Voir plus de podcasts
Numérique en santé : L’ANS publie sa doctrine technique | Pharmaradio, votre dose d'information au quotidien | La Radio des Professionnels de la Pharmacie
article
Publié le 26/03/2020

Numérique en santé : L’ANS publie sa doctrine technique

L’Agence du Numérique en Santé a enfin dévoilé ce mardi, sa doctrine qui entend poser les bases autour de l’E Santé. Du dossier médial partagé au Lab’e-santé, la document rappelle tous les principes et structures des systèmes innovants qui intègrent la Santé actuelle.

La doctrine technique publiée par l’ANS (l’Agence du Numérique en Santé), a été développée en 26 chapitres, abordant successivement des thèmes clés tels que : L’identité numérique des usagers, le dossier médical partagé, l’Espace numérique de santé, le Bouquet de services pro, la télésanté, ainsi que le Lab’e-santé.

Son principe est de « décrire le cadre technique et le cadre d’urbanisation dans lequel devront s’inscrire les services numériques d’échange et de partage de données de santé" a précisé l’ANS. Par ailleurs, le document devrait être mis à jour annuellement à mesure que paraîtront les bilans successifs.

 

Maitriser un vaste outil

La préoccupation essentielle de l’ANS dans son raisonnement se porte sur le contrôle du numérique, des profils des patients et de manière plus générale de la protection des données. Aujourd’hui le piratage et les intention malveillantes sont omniprésentes sur les grands réseaux de communications, sans oublier toutes les spéculations concernant la manipulation des informations personnelles.

Cela passe par une structuration de plateformes à accès restreint, tout un schéma bien pensé pour garder un périmètre entre patients et professionnels : Services de coordination, de stockage, puis d’échanges en temps réel. Des échanges qui seront complétés de « téléservices prescriptifs, déclaratifs et administratifs ». Mais le socle premier de ces structures reposera sur une politique générale de sécurité générale d’information et de santé (PGSSI-S).

 

Construire un espace

À l’intérieur même de ces structures, il s’agira aussi de « construire » les plateformes numériques de Santé dans lesquelles le patient sera maître de son sort : « il est essentiel que l’usager soit en capacité d’être acteur de son parcours de santé. »

Au delà de la personnalisation et de la prévention en Santé, l’idée est de proposer au patient l’offre la plus adaptée possible en lui donnant un maximum les commandes dans un système de grande interaction. La doctrine de l’ANS prévoit la mise en place de divers ateliers citoyens qui « aideront à la conception du service afin de mettre en débat les grandes orientations du service et de recueillir les attentes des usagers et des associations qui les représentent. »

Quoiqu’il en soit,  « La doctrine technique n’a pas de valeur réglementaire », est-il indiqué dans le document rendu par l’ANS. « En revanche, la majeure partie des principes qui y sont développés ont vocation à être déclinés dans des référentiels réglementaires. La conformité des services numériques à la doctrine fera l’objet d’un contrôle et d’une publicité nationale. »

 

Corentin Nadjar-Leguy

Réagissez à l'émission
Envoyez vos commentaires à la rédaction.
Nous interagissons avec vous, les messages sont reçus en direct dans le studio !

 
Message :

🔴 ON AIR