X



J'ai déjà un compte

Bonjour et bienvenue,

Dans un instant, vous ferez partie de la communauté Pharmaradio, le média à destination exclusive des professionnels de la santé.
Inscrivez-vous immédiatement pour bénéficier gratuitement d'un média professionnel, moderne et complet.

Direct, podcasts, newsletter, chroniques, infos, à entendre, lire et réécouter... Toute l'actualité de votre profession à votre disposition immédiate sur votre smartphone, tablette ou ordinateur...
Rejoignez-nous !
PLAYER LIVE
Écouter maintenant
Flash Info Pharma
Le point sur l'actualité de la profession du Vendredi 24 Mai 2019
ÉCOUTER
Le Mag des Pharmaciens
L'orthopédie du sportif
ÉCOUTER
La Minute Bio
Eau florale de géranium
ÉCOUTER
Decryptage Martine Perez
Martine Perez - cancer femme transgenre
ÉCOUTER
Revue de Presse
Jeudi 23 Mai 2019
ÉCOUTER
Interviews
Stéphane Dalle
ÉCOUTER

Articles

Voir plus d'articles

Émissions

Voir plus d'émissions

Podcasts

Voir plus de podcasts
Lu pour vous | Pharmaradio, votre dose d'information au quotidien | La Radio des Professionnels de la Pharmacie
article
Publié le 08/05/2019

Lu pour vous

Un outil pour détecter la présence de bactéries en quelques minutes (Sciences et Avenir)

L'ère des médecins qui prescrivent de puissants antibiotiques en attendant les résultats du laboratoire pourrait bientôt prendre fin, grâce à un nouvel outil permettant d'obtenir ces résultats en quelques minutes, et non plus quelques jours. 

Cet outil a été inventé par une équipe de l'université d'Etat de Pennsylvanie. 

Cette technique permet de déterminer en 30 minutes seulement si une bactérie est présente dans l'échantillon étudié, ainsi que sa sensibilité aux traitements médicaux, en exposant la souche à certains médicaments pour observer sa résistance. Si celle-ci est résistante, alors les antibotiques ne feront de toute façon pas effet.

Aujourd'hui, tout cela prend trois à cinq jours dans les laboratoires.

En plus de pouvoir détecter si une bactérie est présente, l'outil peut commencer à déterminer son type, en observant la forme des cellules.

Mais il ne permet pas de savoir de "quelle sorte de bactérie il s'agit", a expliqué le chercheur. "Nous travaillons sur une approche moléculaire complémentaire pour pouvoir classifier" les bactéries.

Réagissez à l'émission
Envoyez vos commentaires aux animateurs.
Nous interagissons avec vous, les messages sont reçus en direct dans le studio !

 
Message :

🔴 ON AIR