X



J'ai déjà un compte

Bonjour et bienvenue,

Dans un instant, vous ferez partie de la communauté Pharmaradio, le média à destination exclusive des professionnels de la santé.
Inscrivez-vous immédiatement pour bénéficier gratuitement d'un média professionnel, moderne et complet.

Direct, podcasts, newsletter, chroniques, infos, à entendre, lire et réécouter... Toute l'actualité de votre profession à votre disposition immédiate sur votre smartphone, tablette ou ordinateur...
Rejoignez-nous !
PLAYER LIVE
Écouter maintenant
Flash Info Pharma
Le point sur l'actualité de la profession du Samedi 18 Mai 2019
ÉCOUTER
Pharmaciens de demain
Montpellier et les étudiants.
ÉCOUTER
Gestion Pharma
SELAS, SISA, SPF-PL, SEL : quelles différences et comment faire le bon choix
ÉCOUTER
Good Morning Pharmacies
Le Pharma-Show du Vendredi !
ÉCOUTER
La Minute Bio
L'huile de Macadamia
ÉCOUTER
Le Mag des Pharmaciens
Comment gérer une agression à l'officine ?
ÉCOUTER

Articles

Voir plus d'articles

Émissions

Voir plus d'émissions

Podcasts

Voir plus de podcasts
Les infos médicaments | Pharmaradio, votre dose d'information au quotidien | La Radio des Professionnels de la Pharmacie
article
Publié le 23/02/2019

Les infos médicaments

On commence avec cette information économique : les prix de l'anti-VIH PREZISTA en comprimé et de ses génériques vont changer au 28 février : les prix accusent une baisse d'environ 100 euros. 

 

Vous vous en êtes peut-être rendu compte : le médicament CHRONADALATE du laboratoire Bayer Healthcare n'est plus commercialisé, et cela depuis le 30 novembre dernier pour des raisons uniquement commerciales. Ce médicament de nifédipine à libération prolongée était indiqué dans le traitement de l'hypertension et de l'angor stable. CHRONADALATE reste néanmoins disponible jusqu'à l'épuisement des stocks. Pour les patients en cours de traitement, des médicaments génériques de CHRONADALATE existent. 

CHRONADALATE est donc le 3ème médicament de nifédipine à être arrêté, après le TENORDATE en mars et l'ADALATE LP 20 mg en juillet. 

 

L'ANSM a publié un rapport sur la consommation des médicaments opioïdes en France. Sans surprise, ces médicaments utilisés en antalgie ont progressé depuis 10 ans : le développement de ce marché est une conséquence directe des efforts mis en place pour mieux prendre en charge la douleur. Dans le détail, le tramadol arrive en tête des opioïdes les plus consommés. La codéine et la poudre d'opium arrivent en seconde et troisième position. Si la consommation globale des opioïdes faibles est restée relativement stable, il n'en est pas de même avec les opioïdes fort : leur prescription a augmenté de 150 %. Parmi ces opioïdes forts, l'oxycodone arrive au niveau de la morphine en termes de consommation.  Et selon l'ANSM, cette croissance reste maîtrisée en France, en comparaison à d'autres pays comme les Etats-Unis. Si on constate une augmentation des cas de mésusage, des intoxications et des décès mettant en cause les opioïdes, la situation n'est pas comparable   à cette observée outre-Atlantique, explique l'ANSM. En 17 ans, le nombre d'hospitalisation causée par un opioïde a bondi de 167 %. Le nombre de décès est estimé à au moins 4 décès par semaine. 

 

En bref, à l'hôpital, la radiation sur la liste de rétrocession de DEBRIDAT 50 mg/5 mL solution injectable en ampoule. Ce médicament ne peut donc plus être délivré aux patients ambulatoires. 

Réagissez à l'émission
Envoyez vos commentaires aux animateurs.
Nous interagissons avec vous, les messages sont reçus en direct dans le studio !

 
Message :

🔴 ON AIR