X



J'ai déjà un compte

Bonjour et bienvenue,

Dans un instant, vous ferez partie de la communauté Pharmaradio, le média à destination exclusive des professionnels de la santé.
Inscrivez-vous immédiatement pour bénéficier gratuitement d'un média professionnel, moderne et complet.

Direct, podcasts, newsletter, chroniques, infos, à entendre, lire et réécouter... Toute l'actualité de votre profession à votre disposition immédiate sur votre smartphone, tablette ou ordinateur...
Rejoignez-nous !
PLAYER LIVE
Écouter maintenant
Face à l'actu
Glaxo-SmithKline, cinquante ans d'engagement contre les maladies respiratoires.
ÉCOUTER
Good Morning Pharmacies
Lundi 15 Juillet 2019
ÉCOUTER
Decryptage Martine Perez
Martine Perez - Shoah et cerveau
ÉCOUTER
Flash Info Pharma
Le point sur l'actualité de la profession du Lundi 15 Juillet 2019
ÉCOUTER
Revue de Presse
Revue de presse du Lundi 15 Juillet 2019
ÉCOUTER
Histoire de...
Histoire de - Aspirine
ÉCOUTER

Articles

Voir plus d'articles

Émissions

Voir plus d'émissions

Podcasts

Voir plus de podcasts
Les français sont très attachés à l’officine traditionnelle | Pharmaradio, votre dose d'information au quotidien | La Radio des Professionnels de la Pharmacie
article
Publié le 11/07/2019

Les français sont très attachés à l’officine traditionnelle

Avec plus de 840 000 signatures, une majorité de patients refuse les réformes sur les officines. La pétition lancée il y plus de 2 mois par l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) témoigne d’une volonté de conserver les officines telles qu’elles sont. 

« La Profession de Pharmacien : Dites non à la Financiarisation de la Pharmacie », c’est le nom que l’USPO a donné à la pétition créée en Avril dernier. En effet les français ont dit non à forte majorité, évidemment très attachés et surtout satisfaits du modèle des officines qu’ils ont l’habitude de fréquenter. 

En tant que syndicat, l’USPO entend préserver les privilèges des officines et lutter contre ce qui menace leur bon fonctionnement. Solliciter l’avis de chaque français ne peut lui donner que de la crédibilité pour contrebalancer avec les propositions de réformes.  

Pourquoi une telle pétition ? 

La tension est à son paroxysme pour toutes les pharmacies : Entre « Amazonisation » et « Ubérisation » de la santé, ou encore ouverture du capital des officines, tout est là pour perturber l’équilibre. 

En France, la réglementation est très claire. Seul un pharmacien peut être propriétaire d’une officine. Il n’y pas d’investisseurs, et aucun fonds de pension étranger ne peut participer au capital d’une pharmacie. Concernant les médicaments, la pharmacie d’officine détient à elle seule le pouvoir de les dispenser à la patientèle. Depuis 2014, la concurrence prend de plus en plus de poids, notamment avec l’émergence de géants comme Amazon, qui se distingue comme un concurrent sérieux pour les officines. Cela suggère évidemment la fin de l’indépendance du pharmacien d’officine et l’ouverture d’un capital pour chaque officine. 

La grande distribution menace elle aussi les privilèges de l’officine puisqu’elle pourrait éventuellement commercialiser des médicaments qui ne nécessitent pas d’ordonnance, donc en vente libre, bien que le ministère de la Santé reste sur ses gardes pour le moment. Toujours est-il que la vente en ligne de certains médicaments semble séduire de plus en plus le gouvernement. Les fléaux du 21ème siècle laisseront place au terme d’ « Ubérisation », traduisant la volonté de s’aider des nouvelles technologies pour proposer un service digne d’un contact direct entre patient et professionnel. 

Les enjeux sont donc posés et pourraient bel et bien retirer le monopole aux pharmacies d’officine. 

Par Corentin Nadjar-Leguy

Réagissez à l'émission
Envoyez vos commentaires aux animateurs.
Nous interagissons avec vous, les messages sont reçus en direct dans le studio !

 
Message :

🔴 ON AIR