X



J'ai déjà un compte

Bonjour et bienvenue,

Dans un instant, vous ferez partie de la communauté Pharmaradio, le média à destination exclusive des professionnels de la santé.
Inscrivez-vous immédiatement pour bénéficier gratuitement d'un média professionnel, moderne et complet.

Direct, podcasts, newsletter, chroniques, infos, à entendre, lire et réécouter... Toute l'actualité de votre profession à votre disposition immédiate sur votre smartphone, tablette ou ordinateur...
Rejoignez-nous !
PLAYER LIVE
Écouter maintenant
Flash Info Pharma
Le point sur l'actualité de la profession du Mardi 20 Novembre 2018
ÉCOUTER
Revue de Presse
Revue de presse du Mardi 20 Novembre 2018
ÉCOUTER
Decryptage Martine Perez
Martine Perez Cueillette des champignons
ÉCOUTER
Good Morning Pharmacies
Good Morning Pharmacies du Mardi 20 Novembre 2018
ÉCOUTER
Interviews
Anne Sophie Joly
ÉCOUTER
Les Dossiers de la santé
Le diabète
ÉCOUTER

Articles

Voir plus d'articles

Émissions

Voir plus d'émissions

Podcasts

Voir plus de podcasts
Histoire du Viagra | Pharmaradio, votre dose d'information au quotidien | La Radio des Professionnels de la Pharmacie
article
Publié le 05/11/2018

Histoire du Viagra

Pfizer cherchait à développer un nouveau médicament contre l’hypertension artérielle et l’angine de poitrine, deux domaines thérapeutiques où les besoins étaient encore inassouvis et dont chaque traitement, dès lors qu’il se révélait efficace, était synonyme de manne financière.

Quel rapport y-a-t-il entre ces deux maladies et la dysfonction érectile ?

A priori aucun. Sinon que le citrate de sildéfanil engendrait des érections vigoureuses et prolongées. Cette molécule qui appartient à la classe des inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 – les PDE5 - bloque en effet l’enzyme responsable de la dégradation du médiateur qui permet l’érection. En clair, il prolonge la qualité de l’érection en permettant un meilleur contrôle du temps qui précède l’orgasme masculin. Un effet secondaire inattendu. Et un véritable coup de chance pour Pfizer, comme le révèlent les notes du laboratoire. Au point que Pfizer a réorienté sa recherche vers les troubles de l’érection pour mettre finalement sur le marché américain, en avril 1998, ce qui allait faire sa fortune.

Un sujet tabou

Jusqu’à l’apparition du Viagra, les troubles de l’érection étaient un sujet tabou. La panne sexuelle était même à l’origine d’un manque de confiance en soi chez les hommes qui ont donc toujours tenté de maintenir leurs érections. Dans l’Egypte ancienne, des anneaux à mettre autour du pénis et agissant comme des garrots ont ainsi été retrouvés. Et si vous me permettez ce saut dans le temps, ce n’est qu’en 1974 que l’Organisation mondiale de la santé (lOMS) a reconnu que la « santé sexuelle faisait partie intégrante du bien-être et de la qualité de vie ». Mais les seules alternatives pour les personnes atteintes de dysfonctions érectiles, étaient la piqûre dans la verge, la prothèse d’érection ou la pompe. Le Viagra a donc engendré une véritable révolution sexuelle. Juste un chiffre pour illustrer mon propos : depuis sa commercialisation, le Viagra a ainsi été prescrit plus de 65 millions de fois dans plus de 120 pays, à travers le monde. Je vous laisse imaginer le nombre de petites pilules que cela représente… 

Des contrefaçons

Dès sa commercialisation, le Viagra attirera les faussaires du monde entier. Pensez donc ! A près de 20 € le comprimé, le Viagra n’était rien de moins qu’un produit de luxe. Quelques semaines à peine après avoir été mis sur le marché, de faux « viagras » provenant de pseudo laboratoires indiens et thaïlandais feront ainsi leur apparition et seront proposés dans le monde entier. Aujourd’hui encore, si vous tapez Viagra sur internet, vous aurez droit à une offre pléthorique de pilules contrefaites. D’ailleurs, selon Pfizer lui-même, jusqu’à 80 % du viagra acheté en ligne est contrefait. Un chiffre impressionnant mais en rien surprenant, puisque dans certains pays, la petite pilule bleue est tout bonnement utilisée comme un moyen de se rassurer sur ses performances sexuelles. Selon plusieurs études le Viagra serait ainsi pris dans 40 % des cas par des gens qui ne souffrent pas de dysfonctions érectiles, mais veulent améliorer la qualité de leurs rapports.

Prudence

Comme pour tout médicament, il faut être vigilant car certaines contre-indications existent. Notamment pour les personnes atteintes d’insuffisance cardiaque et d’insuffisance coronarienne. C’est aussi contre-indiqué aux personnes qui prennent des dérivés nitrés. Et les femmes ne sont pas épargnées, puisqu’elles ont aussi leur Viagra depuis 2015. Mais ceci est une autre histoire.

Stéphane de Vendeuvre (co-fondateur de Theragora)

 

Réagissez à l'émission
Envoyez vos commentaires aux animateurs.
Nous interagissons avec vous, les messages sont reçus en direct dans le studio !

 
Message :

🔴 ON AIR