X



J'ai déjà un compte

Bonjour et bienvenue,

Dans un instant, vous ferez partie de la communauté Pharmaradio, le média à destination exclusive des professionnels de la santé.
Inscrivez-vous immédiatement pour bénéficier gratuitement d'un média professionnel, moderne et complet.

Direct, podcasts, newsletter, chroniques, infos, à entendre, lire et réécouter... Toute l'actualité de votre profession à votre disposition immédiate sur votre smartphone, tablette ou ordinateur...
Rejoignez-nous !
PLAYER LIVE
Écouter maintenant
Gestion Pharma
CGV, comment bien lire entre les lignes, les explications de Maître Isabelle Colleau
ÉCOUTER
Pharmaciens de demain
Yanis Merad - Président de l'ANEMF (la suite)
ÉCOUTER
Good Morning Pharmacies
22/06/2018 Vendredi Show
ÉCOUTER
Flash Info Pharma
Flash Info Pharma du 22/06/2018
ÉCOUTER
Le Mag des Pharmaciens
Troubles du sommeil et homéopathie avec Annie Girard
ÉCOUTER
La Minute Bio
Qu’est-ce que le beurre de karité ? Irène Lopez et Jeanne Tujague
ÉCOUTER

Articles

Voir plus d'articles

Émissions

Voir plus d'émissions

Podcasts

Voir plus de podcasts
"90% des salariés d'officine sont des femmes" | Pharmaradio, votre dose d'information au quotidien | La Radio des Professionnels de la Pharmacie
article
Publié le 07/03/2018

"90% des salariés d'officine sont des femmes"

À L'OCCASION DE LA JOURNÉE INTERNTIONALE DES FEMMES ... 

 

« La femme est l’avenir de l’homme… ou plutôt de la pharmacie. » Irène Lopez, a décortiqué les résultats d’une étude consacrée à la pharmacie d’officine. Qui a été réalisée par l’observatoire prospectif des métiers et des qualifications dans les professions libérales.  Que devons-nous retenir ?

 

Lorsque vous entrez dans une officine, vous avez plus de 9 chances sur 10 d’être accueillie et servie par une femme. Alors que si vous allez acheter des fleurs ou le pain, vous n’aurez que 6 chances sur 10.

L’étude a été réalisée sur les 124 596 salariés que compte la branche professionnelle de la pharmacie d’officine répartis dans les 22 020 établissements.

Les statisticiens parlent de données atomisées car la plupart des officines emploient moins de 10 salariés.

 

Plus de 90% des salariés d’officine sont aujourd’hui des femmes. Est-ce que cela a toujours été comme ça ?

 

Non, pas toujours même si les femmes ont toujours prédominé. En 1975, elles n’étaient que 70%.  Elles ont donc toujours été plus nombreuses mais elles sont surtout cantonnées aux postes de préparatrices et d’adjointes.  Si nous regardons les chiffres de l’Observatoire concernant les titulaires : seul 1 sur 2 est une femme.

 

Pour beaucoup de femmes « le plafond de verre » est donc conséquent ?

 

Oui, mais ce n’est pas tout. Si nous nous penchons sur la part des femmes selon les métiers, nous explosons les statistiques si nous regardons le chiffre dédié au personnel d’entretien. Le taux de féminisation est de 98% !

Les écarts de rémunération entre hommes et femmes sont notables : en équivalent temps plein, 20% des femmes gagnent moins de 18 000€ bruts par an, contre 9,5% des hommes. Elles à l’inverse sont très peu à gagner plus de 50 000€ par an (6%) contre 13 chez les hommes. Une partie de cet écart s’explique par le fait que les hommes sont majoritairement sur des postes plus qualifiés.

 

Retrouve-t-on ces écarts quelle que soit la région où est implantée l’officine ?

 

Si l’on regarde une carte de France, dans la pharmacie d’officine, comme dans l’ensemble de l’économie, la région Ile de France apparaît celle dans laquelle pharmaciens et pharmaciennes gagnent le mieux leur vie.

25 000€ bruts annuels contre 22 000€ dans les autres régions. La région où les salaires sont les plus bas est la nouvelle Aquitaine.

 

Autre point : la formation. On dit les femmes plus douées pour les études et plus assidues. Est-ce que c’est aussi vrai pour la formation continue ?

 

Oui, la tendance est la même que celle que vous décrivez. Davantage de femmes salariées de la branche ont bénéficié d’une action de formation sur financement Actalians. Elles ont été 33% en 2016 contre 29% des hommes. 4 points d’écart donc.

 

Et dans quelles régions se forme-t-on le plus quand on travaille dans une officine ?

 

Les bons élèves habitent en Bretagne et les moins bons, en Provence Alpes Cote d’azur en ce qui concerne les formations non qualifiantes. Par contre, si on regarde de près les formations qualifiantes, c’est tout l’inverse. Pharmaciens et pharmaciennes se forment davantage en PACA et nettement moins en Bretagne ou en Nouvelle Aquitaine.

 

 

 

Réagissez à l'émission
Envoyez vos commentaires aux animateurs.
Nous interagissons avec vous, les messages sont reçus en direct dans le studio !

 
Message :

🔴 ON AIR